Le principe de l'égalité salariale

Le principe d’un salaire égal pour un travail de valeur égale signifie qu’il est possible de comparer des activités non seulement identiques ou similaires, mais aussi de nature différente.

 

L’équivalence dans la valeur de plusieurs activités se mesure selon trois perspectives:

  •  Les charges et exigences associées à la fonction
  •  Le profil des personnes impliquées
  •  La façon dont le travail est accompli

Selon la dernière enquête suisse sur la structure des salaires, la différence de rémunération entre les femmes et les hommes atteignait

  • Les différents secteurs mis ensemble : 19% 
  • Secteur privé : 19.6% 
  • Secteur public : 18.1 %

 

La part inexpliquée de la différence salariale augmente dans le secteur privé comme public, ainsi que dans l’ensemble de l’économie (44.1% en 2016 à 45.4% en 2018).


En 2018 dans l’ensemble de l’économie, 60,9% des personnes qui ont reçu un salaire mensuel inférieur à 4000 francs pour un plein temps étaient des femmes. A l’inverse, les hommes occupaient majoritairement le haut de la pyramide salariale, en représentant 81,2% des salariés à toucher par mois un salaire supérieur à 16 000 francs.

 

En effet, l’inégalité dans la rémunération a de nombreuses répercussions sur l’économie, les impôts, les familles et l’autonomie financière des femmes.

 

(Source : Office fédéral de la statistique, Enquête suisse sur la structure des salaires, 2018

 

Mais comment s'explique ces différences de salaire entre hommes et femmes ?

 

L’écart de salaire expliqué est dû à des effets dits de dotation ou à des différences structurelles entre les parcours professionnels des femmes et des hommes: les femmes gagnent moins que les hommes, entre autres parce qu’elles sont plus faiblement représentées dans des postes aux exigences élevées et dans des postes de cadre, parce que leur niveau de formation reste encore un peu inférieur en moyenne, et parce qu’elles sont plus nombreuses que les hommes à travailler dans des branches à bas salaires.

 

L’écart de salaire inexpliqué ne peut pas être justifié par des effets de dotation et recouvre une discrimination potentielle basée sur le sexe. Selon une estimation de l’Office fédéral de la statistique (OFS), cette discrimination potentielle a représenté une perte de salaire totale pour les femmes de 7,7 milliards de francs en 2010.

 

(Source: Enquête suisse sur la structure des salaires 2016, Office fédéral de la statistique OFS)