Une question autour de Noël : Et si Jésus était une femme ?

La gestion de l’égalité femme-homme est au centre de mon univers et j’interroge constamment le statu quo.

 

Ce week-end j’ai fait des biscuits de Noël, j’ai emballé les cadeaux et j’ai allumé la quatrième bougie. Comme tous les ans, je ne pouvais pas m’empêcher de me demander : où en serait-on en terme d’égalité des genres si Jésus était une femme. Si Marie avait donné naissance à une fille cette nuit du 24 décembre et s’il y avait en trois sages-femmes (à la place de trois rois) qui apportaient des conseils aux nouveaux parents, des couches et une lolette ?

 

Avec ce texte, je ne veux en aucun cas offenser la religion. Je me pose plutôt cette question d’un point de vue culturel. Par le biais de mes questions, je souhaite vous donner de la matière pour réfléchir.

 

Cet événement clé, aurait-il changé la course de notre histoire ? Le statut de la femme aurait-il changé immédiatement, bouleversé toute la société ? Se serait-elle entourée de sept apôtresses ou un mix entre femmes et hommes ? Aurait-t-on une meilleure équité entre femmes et hommes en 2021 ? Une vraie égalité salariale ? Ou la situation actuelle serait-elle tout simplement inversée ? Trouverait-on les femmes au pouvoir et les hommes en train de se battre pour plus d’égalité ? Existerait-il le Vatican avec une papesse ? Ou plutôt une institution avec une hiérarchie plate dans le but de s’entre-aider ?  

  

En effet, il y a beaucoup de questions et hypothèses autour de cette thématique et nous ne connaitrons jamais la vraie réponse.

Probablement, l’hypothèse la plus juste est que si Jésus était né femme il y a 2 000 ans à Bethléem, il n'y aurait pas eu de Messie, de crucifixion, de résurrection, etc. À l'époque, elle n'aurait eu aucune chance d'être entendue. Ou pire, elle aurait été lapidée pour avoir dit ce qu'elle pensait.

 

Jésus s’est fait entendre (et aussi critiqué, voire crucifié) parce que c’était un homme dans un monde dominé et construit par les hommes. En plus, certains évangélistes enseignent que les hommes peuvent représenter les femmes, mais que les femmes ne peuvent pas représenter les hommes (complémentarisme). Ainsi, Jésus peut sauver l'humanité parce qu'il est homme, mais une femme n'aurait pas pu nous sauver.

 

 

Finalement, on retrouve les mêmes complexités qui persistent encore aujourd’hui. Si Jésus était une femme, ceci n’aurait donc rien changé au déroulement de l’histoire.